La psychologie aux échecs

Écrit par  //  7 mars 2015  //  Comment réfléchir  //  Aucun commentaire

Psychologie aux échecs 300x600

Passons maintenant à la psychologie des échecs. Voici mon premier conseil

Psychologie 1

 

Votre objectif aux échecs, se concentrer pour jouer 40 bons coups (non pas les meilleurs 40 coups). parce que vous avez 3 minutes/coup en moyenne pour jouer votre coup. Avec 40 bons coups, sans BLUNDERS (erreurs), vous allez gagner plusieurs parties d’échecs.

Psychologie 2

 

Quand vous jouez une partie d’échecs, vous devez absolument vous concentrer sur la position sur l’échiquier et non pas la force de votre adversaire (cote Elo supérieur ou inférieur à la vôtre).

De cette façon, votre niveau de jeu sera toujours à son maximum.

Psychologie 3

 

Parfois aux échecs, plus qu’on calcul des variantes, plus on se mélange. Après avoir analysé une variante de plus de 10 minutes, est-ce que ça vous arrive de jouer un autre coup que vous avez analyser seulement 30 secondes et le jouer en vous fiant à votre instinct ?

Psychologie 4

 

Aux échecs, si vous êtes une personne perfectionniste, vous allez toujours perdre un temps immense en essayant de trouver le meilleur coup. C’est pourquoi vous êtes toujours en pression de temps, peut-être?
Ma recommandation, jouer des coups solides et sécuritaires !

Psychologie 5

 

Aux échecs, plus vous étudiez, meilleur est votre intuition !
Améliorez vos connaissances échiquéennes et vous serez un meilleur joueur d’échecs.

Psychologie 6
Pour gagner plus de parties d’échecs, vous devez jouer un coup raisonnable et sans erreur entre une et trois minutes.

Vous devez vous conserver du temps pour les positions critiques, où est-ce il y a contacte entre les pièces (combinaisons tactiques).

Fiez-vous à votre intuition et prenez des décisions rapidement !

Psychologie 7. Pense trop longtemps

 

Aux échecs, si vous obtenez une chance de jouer contre un adversaire plus fort, cela sera bénéfique pour vous de deux façons:
1. Vous découvrirez vos erreurs et vous serez capable de les corriger, de devenir un meilleur joueur.
2. Vous serez en mesure de voir et de constater les techniques utilisées par votre adversaire. De voir sa stratégie qu’il a utilisée contre vous.

Psychologie 8.partenaire plus fort

 

 

Quand vous jouez contre un adversaire plus faible que vous (exemple 1800 de cote contre 1500 de cote), plusieurs pensent qu’ils vont gagner facilement et baissent son niveau de jeu de 20 %. Ce qui veut dire votre cote passe de 1800 à 1440. C’est pour cela que le fort joueur perd souvent des parties contre des joueurs plus faibles.
Votre stratégie est de donner votre 100 %, d’attaquer constamment votre adversaire et de prendre l’initiative. La majorité des joueurs d’échecs font des erreurs quand ils commencent à vouloir se défendre. Le point faible de votre adversaire est sa défensive, attaquer sa faiblesse.
Votre deuxième stratégie, si vous n’avez pas un coup d’attaque, c’est de jouer positionnellement. Le jeu d’échecs est un jeu stratégique. Si votre cote est supérieure à votre adversaire, c’est parce que vous plus de connaissance que lui. Exploitez vos forces !

Psychologie 9 battre joueurs plus faible

 

Si vous jouez contre un joueur qui a 200 points Elo de plus vous. Ne faites pas l’erreur de jouer passivement et prudemment ou bien de jouer pour la nulle, parce que vous ne créez pas de problèmes pour votre adversaire. Cela simplifie sa tâche de vous battre rapidement.
Développons une approche plus efficace. Premièrement, nous devons mêler l’état d’esprit de votre adversaire.
Un adversaire plus fort veut absolument gagner, parce que perdre serait un désastre pour lui. Par conséquent, un joueur plus fort préférerait avoir une position sans risque, où il peut s’appuyer sur ses connaissances échiquéennes (ouverture, milieu de partie et fin de partie).

Vous voyez? Si vous jouez « passivement », en évitant les variantes risquées et complexes – vous donnez à votre adversaire exactement ce qu’il veut!
Que devez-vous faire? Évitez les points forts du jeu de votre adversaire et utilisez ses faiblesses psychologiques.
• Évitez sa préparation théorique de son ouverture
• Jouez agressif et attaquer (n’ayez pas peur et foncer)
• Jouez des variantes risquées

Psychologie 10. battre un joueur plus fort

À suivre…

Laisser un commentaire

*

comm comm comm