Comment solutionner les problèmes tactiques

Écrit par  //  6 février 2019  //  Pour progresser  //  Aucun commentaire

« Si vous avez l’avantage, il faut attaquer, sinon vous finirez par le perdre ! » Wilhelm Steinitz

Pour devenir un fort joueur aux échecs, il faut absolument améliorer vos qualités d’attaquant et vos capacités à reconnaitre les possibilités de combinaisons.

Quand vous vous entraînez à faire des problèmes tactiques (exemple Chesstempo ou un autre site), vous devez mentalement vous comportement comme dans une vraie partie. Avoir toujours le même processus de réflexion.

Saviez-vous que 70 % des parties se décident en milieu de jeu ?

Au cœur de toute combinaison se trouve un motif tactique. Vous devez apprendre à reconnaître ces thèmes tactiques comme ceux-ci :

  • Attaque double
  • Déviation
  • Clouage
  • Enfilade
  • Élimination de défenseur
  • Faiblesse de la première rangée
  • Coup défensif
  • Échec perpétuel
  • Attaque à la découverte
  • Décompte (savoir calculer plusieurs échanges consécutifs
  • Roi exposé
  • Dégagement/ Libération
  • Obstruction
  • Libération
  • Menace de mat
  • Pièce en prise
  • Sacrifice de matériel
  • Zugzwang
  • Interception
  • Attaque par rayon X
  • Surcharge, etc.

Voici mes cinq conseils pour votre entraînement tactique :

1) Vous devez représenter la position tactique comme une position dans une partie lente.

2) Après le coup de votre adversaire, vous devez trouver pourquoi il a joué ce coup, il menace quoi et analyser la conséquence de son dernier coup.

3) Ensuite, vous devez débuter par faire un SCAN de la position pour détecter s’il y a des faiblesses dans la position

  • Évaluer le matériel
  • La position du Roi adverse est ouverte, mal défendue par ses pions (penser à l’attaque double : échecs et une pièce, enfilade, clouage);
  • Le Roi adverse est dans une impasse, il n’a aucune case pour jouer (penser à attaque double, menacer Mat et une pièce);
  • Des pièces sans protections. Une pièce qui est non protégée est toujours sujette à une attaque double (penser à l’attaque double);
  • Une pièce mal protégée. Une pièce peut sembler être en sécurité́, mais en ajoutant un nouvel attaquant avec une attaque double vous fait gagner du matériel. Ou bien pensez à éliminer le défenseur.

4) Commencer par tous les coups forcés (coups candidats : échecs, captures, menaces, etc.)

5) Après avoir réfléchi à tout ceci, là vous imaginez jouer votre coup, mais vous devez vérifier la conséquence votre coup (anti-blunders techniques), ensuite vous le jouez !

Dans une vraie partie, quand il n’y a aucun coup tactique, vous jouez un coup qui va améliorer votre position.

Encore une fois, même si c’est un entraînement, vous devez vous comporter mentalement comme si vous jouez une vraie partie d’échecs dans un tournoi !

Un fort joueur est capable d’analyser une position et voir si la position devant ses yeux a des faiblesses.

Le problème des joueurs d’échecs qui font des problèmes tactiques, il se concentre trop souvent pour trouver la solution que sur le bon processus de réflexion. Et deuxièmement, les joueurs n’analysent pas pourquoi ils ont manqué le problème.

Conclusion

Il faut prendre son temps pour effectuer un bon scan de la position et trouver les faiblesses (trois minutes maximum sur Chesstempo sur votre premier coup), vous serez encore un meilleur joueur devant l’échiquier lors de vos prochains tournois !

Plus vous allez pratiquer, plus que vous allez améliorer votre vision sur l’échiquier. Développer votre capacité à prévoir différentes défenses et apprendre différents schémas tactiques. De plus, vous allez devenir fort pour calculer des variantes dans votre tête.

Pour moi, la tactique, c’est l’élément du jeu le plus excitant dans une partie d’échecs !

Michel Barré
Entraîneur sénior

Laisser un commentaire

*

comm comm comm